Pourquoi ACIA

L’illettrisme et l'analphabétisme causent précarité et isolement. Si beaucoup de moyens sont mis en œuvre pour élever le niveau d’éducation des jeunes, la lutte contre l’illettrisme et l’analphabétisme chez les adultes se heurte aux craintes et au questionnement légitimes de ceux qui ne sont jamais entrés dans une salle de cours ou qui y sont entrés sans avoir appris. Quel sera le regard des autres ? Savent-ils apprendre ? Ai-je le droit d’accéder à la connaissance ? Ces personnes n’iront pas dans les actions de formation pour adultes de type académique. Installées dans leurs habitudes de contournement, même si certaines auront conscience que leur situation n’évoluera pas, elles préfèreront l’évitement au risque d’échec.

Aller au-devant de cette population et lutter contre ces blocages est indispensable. Au-delà des programmes de formation professionnelle ou des cours académiques, il faut développer une offre d'éducation non formelle qui va au devant des publics en difficulté qui utilise les outils auxquels ils ont accès. Radio, Télévision et téléphone mobile font partie de ces outils facilement accessible à toute population où qu'elle se trouve sur la planète. C'est pourquoi ACIA milite pour qu'une offre de formation non formelle sur ces outils soit intégrée dans les plan d’éducation afin d'élever le niveau de compétences de base des populations visées.

Ce type service d’Education non formelle  répond au besoin d’une cible qui n’est pas touchée aujourd’hui : une femme qui ne sort pas de chez elle, un homme qui craint le regard et le jugement des autres ou simplement une personne qui doute de sa capacité d'apprendre. Se limiter à financer la formation professionnelle, serait comme lancer une bouée à quelques mètres d’un naufragé sur un radeau. S’il ne sait pas nager, il ne pourra jamais l’attraper et restera sur son radeau.